Prologue pour Alain Juppé et les responsables politiques


C’est en homme de terrain révolté par la dégradation des principes fondamentaux de notre société et le manque d’imagination des politiques que j’ai proposé mes services aux collaborateurs directs de Jacques Chirac en 1993, car il représentait à mes yeux le meilleur défenseur de l’idéal que le Général De Gaulle a su transmettre à notre génération. C’est toujours avec cette volonté que je me suis inscrit au Rassemblement Pour la République en 1994 pour agir de façon plus efficace. C’est aussi avec cette volonté que j’ai travaillé en 1995 à la rédaction d’un rapport sur l’avenir de notre système de soins et l’Hôpital qui a été remis personnellement au responsable du groupe de travail sur l’Hôpital du R.P.R., le Professeur Cabal, et aux collaborateurs directs d’Alain Juppé, alors Premier ministre.

J’ai été déçu par le manque de curiosité de l’appareil politique pour les motivations de mon inscription au R.P.R. et pour les idées que je porte.

J’ai été déçu par la faible participation des compagnons de base à la réflexion du R.P.R. sur les sujets importants de notre société. Il faut probablement des colleurs de timbres et d’affiches, des collecteurs de fond et des généreux donateurs, mais c’est surtout avec des idées novatrices qu’il sera possible de progresser.

Les questionnaires qui nous sont distribués au moment des appels de fonds sont une façon bien hypocrite de demander l’avis des compagnons d’autant qu’ils arrivent trop souvent en retard. Personnellement je préfère avoir une cotisation annuelle plus importante et participer financièrement aux campagnes électorales à condition de pouvoir participer à l’avance à la préparation du programme de gouvernement dans les domaines où je suis compétent.

Pourquoi ne pas organiser de véritables groupes de travail de longue durée au niveau national, avec des représentants de la société civile, réunissant professionnels et consommateurs, qui seraient obligés de présenter leurs propositions à l’occasion de colloques ouverts à tous les compagnons. Ces colloques pourraient être organisés comme dans les réunions scientifiques avec des tables rondes sur un sujet précis et des communications personnelles où les élus et en particulier les responsables politiques ne seraient pas les orateurs mais les observateurs attentifs.

Pour le moment cela n’est pas le cas et je ne veux pas que mon travail termine dans le tiroir d’un conseiller et soit enterré avant d’avoir été discuté avec d’autres compagnons. Cela fait une vingtaine d’années que je mûri une réflexion politique avec mon expérience personnelle de chirurgien et de père de famille, avec, comme objectif prioritaire, l’intérêt général.

Cette réflexion a concerné au départ l’avenir de l’hôpital, mais il a bien fallu l’envisager dans le cadre d’une réflexion plus étendue, c’est-à-dire sur l’ensemble du Système de santé et de protection sociale, en prenant aussi en considération les sujets de société qui leur sont liés.

Il m’a fallu plus de dix ans pour rédiger ce rapport en essayant de faire des propositions qui soient cohérentes entre elles et qui permettent de faire évoluer notre société en respectant les principes républicains essentiels avec un idéal de solidarité et de responsabilité à la fois individuelle et collective.

Il est urgent d’écouter ceux qui vous soutiennent. Je ne vous confie pas ce rapport pour que vous le donniez à un conseiller technique que je ne connais pas. Je vous confie ce rapport pour que vous le lisiez vous-même. Prenez le temps nécessaire d’autant que les propositions que vous y trouverez ne concernent pas seulement le domaine de la Santé.

Je vous remercie de votre attention.

Un compagnon résolu.

Olivier Badelon

dans « ALLO DOCTEUR, LA FRANCE EST MALADE » (2002) – Prologue

Publicités

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :