La désertification des campagnes, bien plus qu’un problème de médecins



Les politiques se trompent en voulant obliger les jeunes médecins à s’installer dans les campagnes alors qu’elles se vident de leurs habitants et que les services publics se paupérisent de plus en plus pour des raisons économiques

Il faut prendre le mal à la racine. Cela demande des mesures dans au moins deux directions : d’une part économique et fiscale comme dans les DOM-TOM, d’autre par la réactivation de l’ancien Service national civil (Volontariat d’aide technique =VAT) sous la forme d’emploi jeune d’intérêt général.

1/ Économique et fiscale – Les campagnes ont besoin d’être réanimées par des mesures au moins équivalentes à celles qui sont données aux DOM-TOM en créant des zones franches, en particulier pour les PME et les métiers de l’artisanat. La création d’emplois directs et indirects qui en découlerait, entraînerait forcément une augmentation de la population active avec la justification de tous les services qui ont tendance à disparaître aussi bien dans le domaine public que privé.

2/ Emploi jeune dans tous les métiers d’intérêt général, en réactivant le service militaire sous une forme civile, comme le volontariat à l’aide technique (VAT) d’autrefois, tel que je l’ai connu il y a 35 ans en étant interne en chirurgie pendant 16 mois au CHD de Saint Denis à la Réunion. Notre maigre solde était largement suffisante pour vivre car nous étions logés et nourris par l’hôpital. Nous venions compléter les médecins hospitaliers titulaires qui étaient peu nombreux. Nous sortions tout juste de la Faculté de médecine mais notre formation était suffisante pour répondre aux besoins de la population avec l’encadrement des plus anciens.

Cela pourrait parfaitement être généralisé, pourquoi pas obligatoire, dans le cursus de tous les médecins voulant exercer en France, quels que soit le sexe, de préférence à la sortie de la Faculté de Médecine pour les médecins généralistes et après au moins une ou deux années d’internat pour les spécialistes, notamment en chirurgie et en anesthésie.

Une telle mesure devrait devenir obligatoire pour tous les jeunes français, et ceux qui veulent le devenir, en étendant son champ d’action à tous les métiers dans le territoire national, et aussi à l’Europe et aux actions internationales de la France, avec une adaptation en fonction des métiers et des compétences.

Merci de vos réactions.

Olivier_Badelon

Publié le 14/04/2011 sur le site http://www.lecercle.lesechos.com [lien]

Publicités

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :