La France en sept régions tournées vers un avenir européen.


Oui à une diminution des régions et à une disparition des départements, à l’image des lands allemands, dans un souci d’économie et d’efficacité, à condition de revenir à de grandes régions correspondant à une réalité historique et économique, ayant une culture commune porteuse de dynamisme pour les jeunes générations.

Il ne faut pas reproduire en France les erreurs de la colonisation en Afrique où les pays ont été dessinés sans tenir compte des populations.

Pourquoi, une fois de plus, faire les choses à moitié, alors que le futur découpage des régions devrait tenir compte des réalités européennes ? Pourquoi faire une France découpées en 15 au lieu de 22, alors que 7 régions suffiraient probablement ?

Pourquoi faire une région centrale Auvergne-Limousin relativement pauvre, alors que chaque versant du Massif Central devrait être rattaché aux grandes régions voisines ?

Pourquoi limiter la Bretagne à la portion congrue alors que la Bretagne commence bien avant Rennes à l’Est et que le château de la Reine Anne est à Nantes ?

Pourquoi ne pas faire une grande région regroupant la Picardie à la Normandie? Pourquoi ne pas l’étendre à l’Ile France si on croit à l’axe économique Le Havre – Paris ou à l’opposé pourquoi étendre l’Ile de France vers le Nord alors que la France des origines s’étendait plutôt vers la Loire?

Pourquoi ne pas faire un grand Sud-Ouest en mariant l’Aquitaine au Languedoc des rives de l’Atlantique aux rives de la Méditerranée le long des Pyrénées?

Pourquoi ne pas faire une grande région le long du Rhône de Lyon à la Provence aux pieds des Alpes ?

Pourquoi ne pas faire une grande Alsace Lorraine englobant les Ardennes et la Franche-Comté jusqu’au Jura?

Seule la Corse resterait isolée de part son insularité, mais on pourrait aussi se demander si elle ne cherchera pas un jour à se regrouper avec la Sardaigne dans un contexte européen pour mieux défendre sa réalité historique et économique.

L’Europe est une réalité et les futures générations voudront peut être encore étendre les régions selon des critères véritablement européens, plus culturels et économiques que liés à des patriotismes nationaux opsolètes, évoluant doucement vers une Europe des Régions, peut être plus facile à réaliser que les États Unis d’Europe rêvés par Jean-Jacques Servan-Schreiber.

Cela pourrait devenir un véritable objectif pour  les populations frontalières qui dépasserait les ambitions nationales et qui permettrait de faire disparaître bien des conflits.

Olivier Badelon

Publicités

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :