Chaque patient devrait avoir son dossier médical personnel


L’éducation des patients peut être améliorée en les obligeant à  constituer eux-mêmes leur propre dossier médical.

L’efficacité du Carnet de santé chez l’enfant sur la qualité de la prise en charge médicale n’est plus à démontrer. Il est dommage que la volonté actuelle de généraliser le carnet médical aux personnes âgées soit encore une fois motivée par des raisons de contrôle exclusivement comptables, alors qu’elle aurait pu être présentée autrement.

En fait le Carnet de santé devrait être obligatoire pour toute la vie avec une obligation de reconstitution en cas de perte avec la collaboration du médecin de famille, et avec des sanctions en cas de pertes répétées.

Le dossier médical du patient devrait contenir le Carnet de santé pédiatrique puis le Carnet de santé adulte, ainsi que tous les documents écrits et les examens complémentaires, notamment les radiographies. Il devrait être à la charge du patient ce qui faciliterait l’archivage et simplifierait les procédures en cas de déménagement. Le patient serait aidé par son médecin de famille qui aurait l’obligation de conserver un double des comptes-rendus essentiels. Chaque médecin spécialiste ferait de même en ce qui le concerne. Cela suppose que les médecins traitants aient l’obligation de faire un compte-rendu personnalisé de toutes les consultations importantes comme le font déjà les radiologues. C’est déjà le cas pour les actes chirurgicaux et les hospitalisations.

Il faudrait pour cela dépasser le format du carnet de santé actuel qui est beaucoup trop limitatif, et qui souvent ne contient pas un élément essentiel, les coordonnées du médecin traitant principal et des autres médecins intervenants.

Il faudrait un véritable classeur avec en page de garde les coordonnées du patient, en deuxième page la liste des médecins traitants, en troisième les conditions de la naissance, une page pour les vaccinations obligatoires, le reste étant laissé en blanc avec un rangement chronologique des consultations et des hospitalisations, et en annexe un rangement chronologique des examens complémentaires, notamment l’interprétation des radiographies.

Le dossier médical est un excellent moyen pour améliorer la compréhension du message médical par les patients, car ils peuvent le relire en toute tranquillité chez eux et se faire aider par leurs proches s’ils n’ont pas compris. Cela est encore plus vrai pour les étrangers qui parlent mal le Français.

Une telle organisation est réalisable que s’il y a une contrainte de responsabilité pour toutes les parties, patients et médecins. Il est clair que la constitution d’un véritable dossier médical personnel confié au patient lui-même, engage la responsabilité des médecins, surtout en cas de conflit d’intérêt avec la demande d’une indemnisation financière. De toute façon tous ces documents sont demandés en cas de procès. Leur absence devrait pénaliser aussi bien le patient que le médecin en cause.

Olivier Badelon

dans « Allo Docteur, la France est malade » (2002) – Chapitre XIII

Publicités

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :