Une véritable politique familiale est le meilleur moyen pour assurer le renouvellement de la population active et lutter contre le vieillissement de la population.


Le vieillissement de la population française est comparable à ce qui passe dans l’ensemble de l’Europe avec un taux de fécondité moyen de 1,4 enfant par femme, alors qu’il était de 2,7 en 1965. Ceux qui compte sur l’immigration pour combler ce déficit se fourvoient car le comportement des populations immigrées se modifie rapidement pour rejoindre le taux de fécondité moyen dès la seconde génération, tout en pénalisant d’autant l’identité culturelle nationale car la France et demain l’Europe seront incapables de digérer une inflation de l’immigration sur le plan culturel.

La famille reste la base de notre société, même si elle est remise en question par l’évolution des mœurs qui pousse à des comportements de plus en plus individualistes et égoïstes. Il faut chercher des solutions qui protègent la structure familiale, qui protègent l’avenir des enfants et qui valorisent les parents tout au long de leur vie, c’est-à-dire pendant toute leur vie active mais aussi lors de leur retraite.

L’éclatement de la famille ne favorise pas l’éducation des enfants, car un enfant sur trois a des parents séparés et un grand nombre d’entre eux ne connaissent pas vraiment leur père. La charge de travail demandée par un enfant au foyer n’est pas reconnue. Les conditions de garde des petits sont souvent difficiles pour les mères qui travaillent.

Les crèches sont de plus en plus nombreuses, mais ce n’est certainement pas la meilleure solution.  La vie collective à cet âge coupe les enfants des relations affectives personnalisées et entraîne souvent une morbidité importante dans le domaine des maladies contagieuses. La déchéance de l’autorité parentale dans notre société trouve probablement en partie son explication dans ce système d’éducation collectiviste. Il ne faut pas oublier l’histoire ancienne et la comparaison de Sparte, la guerrière, qui séparait les enfants de ses parents, et d’Athènes, l’humaniste, qui prônait l’amour et l’éducation des parents. Il faut favoriser la garde personnalisée à domicile.

 Cet éclatement familial qui touche les enfants, touche aussi les plus âgés avec un isolement qui est d’une part une perte pour l’éducation des jeunes générations et d’autre part un facteur de consommation de soins. Il faut favoriser le maintien des personnes âgées à leur domicile et leur retour au sein du cadre familial, au lieu de favoriser le développement de structures de longs séjours qui sont forcément génératrices de prises en charge très, trop médicalisées.

Les allocations familiales sont un supplément appréciable quand elles existent mais elles sont tout à fait insuffisantes par rapport à la charge imposée par un enfant, et ceci quel que soit le revenu. Il faut absolument favoriser les familles nombreuses françaises sans ségrégation sociale, au lieu de faire des réformes fiscales timides et sélectives limitées aux revenus les plus bas.

Il faut développer toutes les formes d’aide pour que le foyer familial soit le lieu privilégié de vie et d’éducation des enfants, surtout en bas âge.

Il faut pour cela que la cellule familiale, reconnue par le mariage civil ou le concubinage déclaré, à l’exclusion de la polygamie, soit considérée comme une véritable entreprise sur le plan fiscal.

Toute personne à la charge d’une famille, à condition d’avoir le même domicile, doit être pris en compte dans le calcul de l’imposition avec la déduction d’une part entière par personne, que cela soit un enfant jusqu’à 18 ans, un étudiant, un adulte handicapé ou une personne âgée dépendante, sans distinction de revenu.

Une famille doit pouvoir déduire de ses revenus toutes les dépenses de personnel de maison avec la possibilité d’employer un des conjoints à temps plein ou à temps partiel.

Une famille doit pouvoir déduire de ses revenus toutes les dépenses d’acquisition ou d’entretien de son logement principal, en sachant que l’acquisition du logement principal peut être une forme de capitalisation pour sa retraite qui fera l’objet d’un reversement à l’Etat lors du règlement de sa succession.

La carte de famille nombreuse doit recouvrer une nouvelle jeunesse en conservant ses avantages progressifs à partir de 3 enfants. Il faut rétablir et élargir ses privilèges de réduction des prix, sans aucune distinction de classe sociale, de temps ou de lieu. Elle devrait être utilisée pour l’accès aux spectacles et aux musées, pour l’accès à tous les transports en commun (bus, train, avion), mais aussi à l’accès aux prêts immobiliers et aux produits de grande consommation (voiture, électroménager, mobilier,…). Il faudrait même que les parents d’une famille nombreuse puissent bénéficier de ce privilège pendant toute leur vie, car ils seront aussi des grands-parents avec des petits-enfants et parfois des arrières-petits-enfants à leur charge, et ils ont droit à la reconnaissance de la société. Il faudrait probablement qu’elle soit liée à la Carte d’identité pour en éviter la falsification.

Ces propositions ont un caractère profondément social, car une famille nombreuse a plus de besoins qu’un célibataire ou un couple sans enfant. Elles ont pour objectif d’augmenter le confort de vie des familles nombreuses. Cela n’a rien de choquant sur le plan commercial et social, Tous les parties y retrouvent leurs intérêts, aussi bien l’Etat que les producteurs de biens et de services avec une augmentation de la natalité et de la consommation, donc des recettes fiscales et à terme de la population active.

Olivier Badelon

dans « Allo Docteur, la France est malade » (2002)

Publicités

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :