La place de l’Hôpital dans les systèmes de soins


1 – La vocation première de l’Hôpital public est d’accueillir et de soigner les plus démunis avec les meilleurs moyens possibles. Cette vocation s’est étendue à l’ensemble de la population car l’Hôpital est devenu un centre de référence. Cependant la dérive actuelle de l’humanisation des hôpitaux vers un luxe hôtelier qui veut concurrencer les meilleurs établissements privés mérite une réflexion car elle l’éloigne de ses priorités essentielles.

2 – L’Hôpital public peut servir de régulateur pour certaines dépenses de santé. C’est déjà le cas pour les  greffes,  cela pourrait  le devenir  pour  les  pathologies   lourdes   et hyperspécialisées.

3 –  L’Hôpital public doit conserver la position centrale qu’il a actuellement   dans notre système de soins, mais  il est impératif de le soulager de ce qui peut être fait à l’extérieur.

3.1/ L’Hôpital doit abandonner l’hospitalisation à domicile et une partie de ses consultations externes. Il faut être prudent dans le développement de l’hospitalisation de jour, en tout cas en chirurgie, car elle demande une sélection des patients où les facteurs sociaux sont à prendre en compte de façon relativement importante (logement, transport, contexte familial,…).

3.2/ Il est essentiel que les hôpitaux conserve un recrutement général, en particulier les hôpitaux universitaires car ils ont une vocation d’enseignement et cet enseignement se fait en grande partie au contact du malade.

4 – Cela suppose une réelle revalorisation des systèmes de soins extra-hospitaliers pour qu’ils puissent assurer la prise en charge avant et après   l’Hôpital.

4.1/ L’accès à l’Hôpital doit être sélectionné par les médecins et les paramédicaux non hospitaliers, généralistes et spécialistes, les médecins de P.M.I. et de Centres de Santé, avec l’obligation d’une lettre de motivation et/ou d’un dossier médical circonstancié.

4.2/ Cette sélection peut aussi être faite par les médecins hospitaliers eux-mêmes dans le cadre de leurs activités extrahospitalières.

 5 – Cela suppose le développement de toutes les aides possibles pour faciliter le maintien à domicile des malades,

5.1/ Cela est essentiel pour les personnes âgées, au lieu de multiplier les centres de long séjours qui sont générateurs de dépenses de soins.

5.2/ Cela peut être inclus dans le cadre d’une politique familiale plus ambitieuse avec comme objectif prioritaire le regroupement familial.

Dr Olivier Badelon – Membre du Groupe de travail du R.P.R sur l’Hôpital, présidé par le Professeur Christian Cabal, Député de la Loire

dans « LA RÉFORME DE L’HOPITAL  – Réflexions  et propositions sur les Systèmes de Soins et la place de l’Hôpital » (Septembre/Décembre 1995) – Chapitre III

Publicités

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :