Défendre la femme au sein de la famille est une priorité


Vouloir simplifier les formalités du divorce pour ne pas surcharger les tribunaux, est probablement une nécessité. Il faudra être très prudent pour le réaliser en tenant compte des usagers et des professionnels concernés.

Vouloir défendre l’égalité de la femme au travail à compétence et à responsabilité équivalente est impératif. Il ne devrait pas être besoin de légiférer pour le faire. Il suffit de respecter le droit du travail.

Il ne faut pas oublier la place de la femme au sein de la famille et sa reconnaissance par la société qui est encore insuffisante en France.

Cela est d’autant plus dangereux pour les femmes que le nombre de divorce augmente régulièrement, dépassant plus de la moitié des couples, dans certaines régions de France. Les premières victimes sont les enfants et la personne qui s’en occupe le plus.

Le temps passé auprès de nos enfants n’est pas assez reconnu, aussi bien dans le cadre familial que dans le monde du travail, et encore moins par le monde politique. Les aides diverses qui existent actuellement sont insuffisantes surtout pour les plus modestes, et la famille n’est pas reconnue à sa juste mesure sur le plan fiscal.

Les contrats peuvent être de véritables pièges pour la femme si elle se consacre surtout à sa famille et à ses enfants quand il existe une différence sociale importante au sein du couple.

Elle peut se retrouver complètement démunie en cas de divorce si l’homme utilise toutes les possibilités du droit français. Il peut récupérer tous les biens acquis au cours de la vie commune, même les cadeaux personnels, à condition qu’il puisse prouver qu’il en est bien l’acheteur.

Il faut que cela change.

Notre avenir repose sur nos enfants. Ils sont les plus beaux cadeaux que peut nous faire la vie. Ils sont aussi une question de survie pour l’ensemble de nos concitoyens. Bien que les hommes consacrent de plus en plus de temps à leurs enfants, ce sont encore les femmes qui s’en occupent le plus. Les cas de figure sont multiples et ils touchent toutes les catégories sociales.

Dans tous les cas, le Temps qui est consacré aux enfants au sein de la famille est pénalisant dans le monde du travail. Il faut compenser cette inégalité, et protéger d’une façon plus générale la personne qui se consacre surtout aux enfants, car cela peut très bien aussi être l’homme ou le conjoint.

Pour cela, il faut protéger cette personne en cas de séparation et lui donner un véritable statut social, tout en donnant à la famille un véritable statut fiscal d’entreprise.

1/ Il faut au moins partager en deux les biens personnels du couple acquis pendant la durée de la vie commune quel que soit le contrat de mariage ou d’union. Il devrait être interdit de pouvoir réintégrer les cadeaux personnels, quels qu’ils soient dans ce partage qui devrait être séparé de la négociation de la prestation compensatoire si elle a lui d’exister.

2/ Il faudrait donner un véritable salaire à la personne qui s’occupe des enfants à la maison, à temps partiel ou à temps plein, au prorata du nombre d’enfant, avec des cotisations sociales et des droits personnalisés à une retraite complète. Ce salaire pourrait être donné sous forme de compensation par celui qui travaille le plus. Il devrait être à la hauteur de ce que cette personne aurait pu obtenir dans le monde du travail. Il pourrait faire l’objet d’un complément par l’Etat si cela est nécessaire pour que le revenu familial soit au moins équivalent au revenu minimal.

3/ Pour cela, il est indispensable que l’État donne à la Famille un statut fiscal d’entreprise (sans TVA) pour lui permettre de déduire de ses revenus les charges sociales du salaire de cette personne, ainsi que de la totalité du ou des salaires des employés de maison, quels que soient les revenus du couple.

L’intérêt général est d’avoir des enfants
en nombre suffisant et de les éduquer correctement.

Pour cela il faut valoriser et protéger
ceux qui consacrent leur vie aux enfants au sein de la famille.

La pleine reconnaissance du temps consacré aux enfants
est une priorité.

Cela doit être fait sans jalousie et sans sectarisme vis-à-vis des plus aisés d’entre nous ou à l’opposé des plus pauvres, en particulier les immigrés à condition qu’ils respectent toutes les règles de notre société. Il faut être conscient que l’impact de cette immigration est important sur le taux de la natalité en France, qu’elle soit régulière ou non, mais cet effet disparaît dès la deuxième génération.

Les mesures fiscales proposées pour la famille ne peuvent qu’être un stimulant pour la natalité et pour l’emploi qui en ont bien besoin.

Merci de réagir à ces propositions.

Qu’en pensez-vous.

 

Publicités

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :