Le malade et l’hôpital


1   –   L’Hôpital public doit pouvoir être accessible à tous.

1.1/ Il doit être accessible à tous les français et à tous les étrangers établis ou de passage dans notre pays, avec un remboursement des soins garantis par l’état qui est le responsable de ses frontières.

1.2/ Ce remboursement doit être transparent pour le patient en utilisant une carte de Sécurité sociale personnalisée semblable à une carte de crédit. En effet le ticket modérateur sous sa forme actuelle est injuste car les patients ne sont pas maîtres des indications de l’hospitalisation qui devraient rester indépendantes de toute contrainte financière, au moins en secteur public. Il peut venir grever rapidement le budget des classes moyennes qui sont en train de devenir les nouveaux pauvres de notre époque comme aux USA. En retour, le malade et/ou ses parents recevront à la sortie une facture détaillée à titre informatif et éducatif

1.3/ Le malade doit pouvoir avoir le libre choix de son hôpital en accord avec son médecin traitant même en dehors de sa région. Cela suppose que la concurrence entre hôpitaux se fasse selon leur renommée et non pas sur les prix, avec en contrepartie une absence de remboursement des transports si il existe un hôpital ayant la compétence désirée à proximité du domicile du patient.

2    –    L’Hôpital public doit offrir une prise en charge personnalisée.

Le malade a le libre choix de son médecin traitant principal qui devrait pouvoir gérer en toute responsabilité la réalisation des soins avec une indépendance et une garantie de moyens matériels et humains qui soit assurée par l’administration.

3    –    L’Hôpital a un devoir d’information

3.1/ Cette information doit être donnée au malade ou à ses parents directs et aux médecins qui participent à sa prise en charge en externe. Elle doit être compréhensible et adaptée à la pathologie concernée.

3.2/ Elle doit être faite directement par le médecin hospitalier traitant et faire l’objet d’un rapport écrit faisant état des diagnostics et les actes, avec le compte-rendu des consultations et des hospitalisations, ainsi que la prescription des suites. Cela suppose une dotation suffisante et une organisation personnalisée des secrétariats médicaux auprès des médecins traitants en proportion de leur fonction hospitalière.

Dr Olivier Badelon – Membre du Groupe de travail du R.P.R sur l’Hôpital, présidé par le Professeur Christian Cabal, Député de la Loire

dans « LA RÉFORME DE L’HÔPITAL  – Réflexions  et propositions sur les Systèmes de Soins et la place de l’Hôpital » (Septembre/Décembre 1995) – Chapitre I

Publicités

Pas encore de commentaire... Lancez-vous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :